Expert Immo de l'Arc

Achat immobilier : attention au risque de lésion en cas de trop bonne affaire !

Un vendeur s’estimant lésé de plus de 7/12 de la valeur réelle du bien peut intenter une action en justice pour faire annuler la vente ou être indemnisé. Il dispose pour cela d’un délai de 2 ans…

Vous avez réalisé une très bonne affaire sur un bien immobilier et vous savez qu’une fois l’opération conclue, le vendeur ne peut plus en contester le prix. De belles perspectives de plus-value s’offrent donc à vous…

Attention toutefois, car si le prix peut être librement consenti entre les parties, la loi prévoit un dispositif de protection des vendeurs contre les prix de vente manifestement sous-évalués.

Ce mécanisme prévu par les articles 1674 à 1685 du code civil est connu sous le nom d’action en rescision pour lésion. Concrètement, il autorise le vendeur à demander devant un tribunal l’annulation de la vente (ou une indemnisation) s’il a été lésé de plus des 7/12 de la valeur du bien.

Autrement dit, on considère ici qu’un vendeur a été lésé s’il a reçu moins de 5/12 de la valeur réelle du bien immobilier (voir exemple plus bas).

Définition de l’action en rescision

L’action en rescision est un recours juridique actionnable par les parties signataires d’un contrat, par exemple en cas de vente immobilière. Elle a pour but de “rescinder”, ou revenir sur les termes d’un contrat déjà signé. Elle peut aboutir à une redéfinition de l’accord sur la chose ou sur le prix ou à l’annulation du contrat.

Entrepris après la signature de l’acte de vente chez le notaire dans un délai précis, ce type de recours ne peut aboutir que dans des situations exceptionnelles, en cas de lésion sur le prix de vente ou de dol.

L’action en rescision se distingue de l’action en nullité qui en est proche. Cette dernière consiste à annuler simplement un acte. En revanche, la rescision ne remet pas toujours en cause le droit de propriété de l’acquéreur.

2 ans pour agir

Ce droit accordé au vendeur est limité dans le temps : l’action ne peut être engagée que dans les 2 ans qui suivent la vente du bien. En revanche, le vendeur ne peut être privé de ce droit. Toute clause prévoyant la renonciation du vendeur à son droit à agir en rescision serait jugée irrecevable devant un tribunal.

3 experts

La procédure est assez contraignante. Le juge doit en effet s’appuyer sur l’avis de 3 experts qui sont tenus de ne donner qu’un seul avis dans un rapport commun. Les experts sont nommés par le juge (sauf accord préalable des parties).

Les améliorations laissées de côté

L’évaluation de la valeur du bien doit se faire en tenant compte de son état au jour de la vente. Si dans l’intervalle, l’acquéreur a fait des travaux d’amélioration, ces derniers sont laissés de côté pour l’estimation.

Annulation ou indemnisation

Si le vendeur a été lésé, l’acquéreur a deux options : l’annulation de la vente ou l’indemnisation.

S’il opte pour l’indemnisation, il doit alors verser au vendeur le complément de prix (par rapport à l’estimation), déduction faite de 10% du prix total (voir exemple).

Prix estimé par le tribunal – [prix effectivement réglé à l’acte de vente + 10 % du prix estimé] + intérêts légaux

Attention à l’achat-revente avec une grosse plus-value

Il est certes difficile pour un vendeur d’engager une action en rescision pour cause de lésion, celui-ci pouvant avoir des doutes sur l’ampleur réelle de la lésion. En revanche, il peut être alerté par une revente rapide du bien. Si l’opération s’effectue avec une grosse plus-value à la clé, il sera de surcroît plus facile pour le vendeur initial de prouver la lésion (il appartient au notaire de vérifier ce point en cas de revente rapide d’un bien).

Cas où la lésion ne peut être invoquée

La lésion s’applique aux ventes immobilières, notamment de logement entre particuliers. Elle ne peut pas concerner une vente de parts de SCI car cela ne constitue pas une vente d’immeuble. Sont également exclues les ventes en viager et les ventes par adjudication, par nature détachées des prix du marché classique.

Action en rescision pour dol

L’autre cas pouvant aboutir à une action en rescision est le dol, ou vice du consentement. Il s’agit d’un autre type de lésion objective dans laquelle le vendeur a sciemment dissimulé une information de nature à altérer le consentement de l’acquéreur. Ce dernier a découvert, après signature de l’acte de vente, un défaut majeur et non détectable à l’oeil nu lors d’une visite.

Si l’acquéreur est en mesure de prouver que le vendeur avait connaissance de ce défaut majeur avant la vente, un recours pour dol est possible. Là aussi, la victime peut demander deux types de compensation : le paiement d’une indemnité par le vendeur en réparation du préjudice, ou la nullité du contrat de vente.

Le recours à un expert en valeur vénale indépendant est obligatoire

L’évaluation de la valeur d’un bien immobilier est un travail difficile. Si l’on n’utilise pas les bonnes méthodes et qu’on ne se fonde pas sur des critères d’évaluations pertinents, l’erreur est possible. Mais lorsque la vente est conclue et que le vendeur se sent lésé, il doit prouver qu’il y a une lésion de plus de 7/12èmes de la valeur du bien.

Il lui faut donc estimer l’immeuble, suivant son état et sa valeur au moment de la vente, grâce à l’aide d’experts immobiliers (article 1674 du code civil).

Exemple

Mr Vendeur vend un bien immobilier à Mr Acheteur pour 120.000 euros. Quelques mois plus tard, Mr Vendeur est alerté par ses enfants qui estiment que le bien valait en réalité 360.000 euros. Si les experts confirment cette évaluation, le tribunal pourra effectivement conclure à la lésion, Mr Vendeur n’ayant reçu que 4/12 de la valeur réelle de l’immeuble (soit une lésion à hauteur de 8/12).

Mr Acheteur pourra alors choisir entre l’annulation de la vente ou une indemnisation. Dans ce dernier cas, Mr Acheteur devra payer un complément à concurrence du juste prix (soit 240.000 euros) mais pourra déduire 10% du prix total (soit 36.000 euros). Il devra donc verser 204.000 euros supplémentaires à Mr Vendeur, qui aura perçu au total 324.000 euros.

Bon à savoir :

  • attention aux cessions de parts de SCI dont la vente porte sur des droits. Elles ne constituent pas proprement dite une vente d’immeuble et de ce fait, ne sont pas concernées.
  • les ventes en viager et les ventes par adjudication sont exclues du champ d’application de la rescision en lésion. 
  • il arrive que le bien subisse des modifications entre le jour de l’acte de vente et la date à laquelle sont réalisées les expertises. Dans ce cas, les experts ne tiennent pas compte des éléments qui peuvent bonifier ou dégrader le bien.
  • une clause interdisant au vendeur d’avoir recours à une action en rescision pour lésion serait considérée comme abusive.
Expert Immo de l'Arc

Travaux irréguliers : ne faites pas l’autruche !

Références :

Vous envisagez de vendre votre maison, mais avez effectué des aménagements, il y a longtemps, sans le déclarer ou sans demander de permis de construire ?

En théorie, vous êtes en infraction avec les règles du code de l’urbanisme.

En pratique, des solutions existent.

Lire l’article sur le site Le Particulier.

Veuillez vous enregistrer pour voir notre analyse disponible uniquement à nos clients Premium enregistrés.

Expert Immo de l'Arc

Expropriations

Vous êtes affecté par un projet qui va vous exproprier ?
  • Ne perdez pas de temps pour défendre vos intérêts
  • Ne restez pas seul face aux démarches des agents expropriateurs dont le but est de vous rémunérer au minimum
  • Choisissez l’accompagnement d’un expert immobilier :
    • Il vous fournira le juste prix que vous êtes en droit d’attendre de votre bien exproprié
    • Agréé auprès du réseau CNE, son rapport sera opposable aux tribunaux
    • Il vous guidera dans les démarches futures.
Les règles d’Or de la démarche d’expropriation
  • Ne rien signer
    • La première règle fondamentale est de ne jamais rien signer, ni une promesse de vente, ni un compromis. Aucun papier. Tout aménageur cherche toujours une solution amiable, bien moins onéreuse pour lui qu’une procédure judiciaire.
  • Rester solidaire
    • Une expropriation ne concerne rarement qu’une seule personne. D’autres sont sans doute dans le même cas que vous. Il est toujours mieux de parler d’une même voix face aux aménageurs et aux propositions d’indemnisation.
  • S’informer pour agir
    • Il est important de connaître exactement la valeur de son bien et de ses potentialités futures. Pour cela, il faut consulter un expert immobilier pour connaitre précisément la valeur de votre bien. Il faut consulter également le dossier d’enquête d’utilité publique et les objectifs du projet.
  • Prendre contact avec un expert immobilier
    • Il saura vous conseiller et vous accompagner dans cette démarche longue et pénible

Votre expert immobilier valeur vénale est là pour vous accompagner dans cette démarche en évaluant vos biens immobiliers à leur juste prix.

N’hésitez pas à nous contacter.

Expert Immo de l'Arc

Pour pouvoir déposer un Commentaire ou un Avis

Vous pouvez déposer un Commentaire sur les articles ou pages où l’administrateur l'a autorisé.

  • Vous devrez fournir vos Nom, Prénom et adresse courriel valide pour le faire.

Pour déposer un Avis sur Expert Immo de l'Arc il suffit de vous rendre sur le :

  • Menu Témoignages sur l'écran d'accueil.
  • ou aller directement à la page Témoignages
  • Vous devrez fournir vos Nom, Prénom et adresse courriel valide pour le faire.
Vous pouvez également faire une demande de création de compte  :
  • Menu Espace membre puis choisir le menu Demande Création de compte sur l’écran d'accueil.
  • ou aller directement à la page Demande Création de compte

Après validation de votre inscription par l'administrateur vous pourrez accéder aux informations Premium.

En vous souhaitant un excellente navigation sur Expert Immo de l'Arc.

Publié dans : Avis
Expert Immo de l'Arc

IFI 2018

Comment évaluer ses biens immobiliers

Aujourd'hui l'impôt sur la fortune ne porte plus que sur l'immobilier. Sa bonne évaluation est donc essentielle car ils représentent l'intégralité de la base taxable.

Comme c'était le cas pour l'ISF, le montant à déclarer à l'IFI est la valeur vénale des biens immobiliers détenus directement ou indirectement via des valeurs mobilières.

  • Mais qu'est-ce que la valeur vénale ?
  • Comment évaluer son bien alors que peu de transactions, voire aucune ne concerne des biens semblables ?
  • Peut-on appliquer des décotes quand les biens sont grevés de droits spécifiques ?
  • Autant de questions que les redevables de l'IFI doivent résoudre.
Valeur vénale : la définition pour l'IFI  (Impôt sur la fortune immobilière)

La valeur vénale est la valeur à laquelle vous vendriez ces biens en l'état au 1er janvier de l'année de déclaration. Cette valeur se détermine par comparaison avec des biens similaires vendus dans le même secteur géographique.

L'administration dispose de beaucoup d'éléments, mais elle se base en général sur des références de cession qui ne tiennent pas compte des spécificités des biens immobiliers.

Il faut donc, dans la plupart des cas, s'appuyer sur les valeurs moyennes que recensent nombre de sites spécialisés (MeilleursAgents, notaires...).
Les redevables peuvent aussi consulter le site Patrim mis en ligne par l'administration fiscale. Il est censé recenser les dernières ventes réalisées.

Votre expert immobilier valeur vénale pour vous accompagner

Mais ces démarches deviennent rapidement obscures si vous n’êtes pas familier de ces opérations d'estimation immobilières, surtout si votre bien est atypique et que peu ou pas de références de biens similaires existent dans votre quartier.
Sachez qu'il vous faut également inclure dans votre déclaration IFI, la part de biens immobiliers détenus via les valeurs mobilières cotées ou pas en bourse (telles que les actions, et c...).
D'autant que l’administration fiscale à un pouvoir de redressement.

Votre expert immobilier valeur vénale est là pour vous accompagner dans cette démarche en évaluant vos biens immobiliers à leur juste prix.

N'hésitez pas à nous contacter.